Mlle

Sous menu entete

Mlle tout le monde: Une femme déménageure... à vélo!

Par Géraldine Zaccardelli

Déménager! Ouf! Chaque année vers le 1er juillet, les camions de déménagement prennent d’assaut les rues des grands centres urbains du Québec et s’attèlent à déplacer nos souvenirs et nos vies, d’un lieu à un autre.  Or, depuis quelques années, des professionnels du déménagement, l’offrent aussi… à vélo! Incroyable, mais vrai, chaque déménageur à bicyclette arrive à tirer une charge d’environ 600 livres dans sa remorque, (l’équivalent de vingt boîtes, un lit, une base de lit, un sommier, un sofa et une bibliothèque!)! Encore plus invraisemblable, une fille se cache là-dessous: Émilie Berthier, trente ans, étudiante à la Maîtrise en pensée politique et déménageuse à vélo!

Mlle: Comment avez-vous entendu parler du déménagement à vélo?

Émilie Bernier: C’est mon père qui m’a mentionné l’existence de ce service. Cela m’a énormément intrigué et j’ai trouvé que cela me ressemblait; j’aime les corvées, je suis une cycliste aguerrie et j’ai une grande volonté. À l’époque je me cherchais un petit emploi d’étudiante et la combinaison effort physique et horaire varié me procurant un salaire, me semblait idéale. J’ai donc téléphoné au patron de Déménagement Myette en lui mentionnant mon enthousiasme et il m’a engagé en avril 2009. Par contre, je ne crois pas qu’il m’imaginait capable de faire le même boulot qu’un gars!

Mlle: Avait-il raison?

É.M.: Non! En fait, d’emblée, je me suis posée comme une égale à mes collègues masculins et j’ai voulu soulever les charges les plus lourdes. Comme je pèse à peine 120 livres, je mesure mes risques, je suis très minutieuse et je me concentre sur la technique. Ce qui rassure les clients d’ailleurs. Aujourd’hui, grâce à mon expérience, je forme les nouveaux. Il m’arrive régulièrement d’être celle qui porte tout le poids d’une laveuse à descendre dans un escalier, en y allant la première. Mais contrairement à ce que l’on croit, le plus exigeant, ce n’est pas la partie à vélo, mais bien la manutention des meubles. Car à vélo, une fois démarré, avec un bon cardio et des jambes en forme, nous bénéficions de l’inertie.

Mlle: Est-ce que n’importe qui pourrait être déménageur à vélo?

É.M.: Je dirais qu’il s’agit davantage d’une question de désir, que d’aptitude physique! Il faut vraiment aimer le défi que cet emploi représente. Ils nous arrivent de faire 5 à 10 kilomètres en tirant notre charge. On a l’impression de monter des cotes pendant 45 minutes non-stop!

Mlle: Sentez-vous que vous réalisez quelque chose d’extraordinaire?

É.M.: Oui, un peu! Je me dis que je réalise des performances que peu de gens exécutent. Je suis assez fière de ma volonté car nos journées relèvent parfois de l’exploit! J’aime aussi la valeur ajoutée de l’entreprise pour laquelle je travaille.  C’est santé, écologique, discret et silencieux! De plus, il s’agit d’une petite entreprise locale, employant de jeunes gens défendant des valeurs saines. Donc oui, c’est extraordinaire!

Mlle: Si les lectrices de Mlle.ca veulent en savoir plus sur les services de Déménagement Myette, que peuvent-elles faire?

É.M.:  Visiter le: demenagementmyette.ca

À lire également: toutes les chroniques «Mlle tout le monde» publiées chaque vendredi!

Mlle tout le monde : des femmes unies et autonomes

Mlle tout le monde : deux mères en cavale

Mlle tout le monde : deux filles, une montagne, un défi et une bonne cause!

 

 

- Jeudi 7 Juillet 2011 -

Pour contribuer à la communauté, vous devez

vous connecter ou vous créer un profil.

Connexion

Vos réactions 0

Je m'inscris à l'infolettre

voir un exemple ›
À quel sujet souhaitez-vous initier
une discussion?
Style
Beauté
Mieux-être
Divertissement
 
 
Lightbox